Vilcabamba, bienvenue au paradis des gringos

Banniere-vilcabamba

Pour clôturer notre voyage en Équateur et avant de nous rendre au Pérou, nous avons décidé de faire un arrêt par le village de Vilcabamba. Nous avions lu de nombreuses critiques élogieuses et beaucoup de touristes rencontrés sur la route le recommandaient presque systématiquement. Nous avons rapidement compris pourquoi cela n’était pas particulièrement plébiscité par les Équatoriens, mais presque uniquement par les étrangers.

Ce petit village situé à 1600m d’altitude a effectivement tout pour plaire. Une température agréable tout au long de l’année avec un ensoleillement quasi permanent, situé à seulement 1h de la grosse ville de Lojas où tout peut se trouver, et il est situé dans une vallée où les gens vivent visiblement plus longtemps. Ils attribuent cela aux conditions de vie mentionnées précédemment, mais également à l’eau de la rivière qui aurait des vertus favorisant la longévité ainsi qu’aux fruits et légumes qu’on peut trouver un peu partout. Quand on débarque dans ce petit village au demeurant fort sympathique, il règne effectivement une atmosphère de tranquillité, mais on croise plus de vieux Américains possédant la majeure partie des commerces que de centenaires. On y trouve de la nourriture raffinée faite pour ravir nos palais d’étrangers, des bars de jus de fruit healthy délicieux et des tours organisés à des prix exorbitants. On peut observer les patrons de ces établissements installés ici depuis des années parler principalement anglais. On sent que les touristes affluent et que tout se passe bien pour eux, mais on sent également une odeur de colonialisme qui met mal à l’aise.

pancarte vilcamba personnes agées La première chose que j’ai voulu faire, c’était de rencontrer un centenaire, me voilà parti en quête. Il faut dire que cela ne s’annonce pas difficile, une énorme affiche sur la place principale indique clairement que c’est le lieu pour ça. De plus, le terme de village de centenaires est relayé presque systématiquement sur les blogs de voyage, et même dans un documentaire de France3. Après peu de temps, je comprends que c’est cause perdue, car il s’agit d’un mythe. Certes, il y a quelques personnes âgées, peut-être plus que dans d’autres régions du pays, mais en dessous de la centaine et pas en masse comme indiqué dans le reportage, cela me rappelle pourquoi je ne regarde plus la télévision depuis quelques années.

Ce n’est pas vraiment un mensonge, mais cette réputation pour la longévité des seniors vient d’une confusion, ou plutôt d’une exagération. Surement afin d’obtenir un peu plus de popularité au sein de leur communauté, les personnes âgées donnaient des âges exagérés, plus ils vieillissaient et plus la différence avec la réalité était importante. Un homme qui avait 61 ans en 1944, a indiqué en avoir 70. Ensuite, 5 ans plus tard, il avait 80 ans. En 1970, à l’âge réel de 87 ans, on disait qu’il en avait 121, et en 1974, à 91 ans, Il en avait 127. Des scientifiques ont même prouvé que l’espérance de vie n’était pas supérieure à celle des Etats unis malgré le nombre important d’Américains qui viennent s’installer ici justement en quête de longévité.

Deventure restaurant francais vilcabamba
Crepe sarrasin Equateur

Au détour d’un de ces restaurants touristiques, nous tombons sur la crêperie Suzette. Cette devanture nous a rendu nostalgiques et nous avons décidé de nous laisser tenter par une crêpe au sarrasin, la première depuis 6 mois. Coïncidence incroyable, le patron des lieux, un jeune de la trentaine vit ici depuis 6 ans et vient de mon quartier de jeunesse, la Benauge à Bordeaux. Nous étions dans la même école primaire presque au même moment, et nous voici à partager un café dans un village paumé d’Equateur. Après s’être remis de cette coïncidence fortuite, nous parlons de cette histoire de centenaire. Il me confirme l’histoire des exagérations et que depuis le temps qu’il habite là-bas, il a bien eu le temps de creuser la question. Il se fout de me parler de ça, car il quitte ce village quelques jours après, mais me confie que en tant normal, ils ne révèlent « jamais cette vérité ». Le tourisme lié à cette réputation est trop important pour les commerçants et comment feraient-ils pour vendre les bouteilles d’eau du village (La Vilcagua) avec un pépé sur l’étiquette sinon ? Il faut les comprendre aussi.

Le sommet Mandango à Vilcabamba

Randonnée Mandango Vilcabamba
Montagne Mandango Vilcabamba

Assez fier de ne pas être bêtement tombé dans le panneau , je propose à ma chère et tendre d’aller faire une promenade dans la montagne, un sentier facile à faire seul et qui donne une vue imprenable sur le village. Le chemin monte assez fort, mais on arrive à le faire sans trop d’encombres. Au sommet, en guise de récompense, il y a une énorme croix blanche qui me rappelle  le sentier des trois croix à Roquebrune dans le VAR que j’aime faire chaque année. Nous n’irons pas vers la deuxième croix se trouvant sur le plus haut pic voisin en raison de la pluie qui s’annonce et du chemin qui se transforme en boue.
Une fois redescendu, en sirotant une bière et en cherchant des infos qui corroborent cette thèse du complot des faux seniors, je tombe sur un article qui parle justement de la balade que l’on vient de faire. Un an auparavant, un jeune couple en lune de miel avait décidé de prendre le même chemin. Une fois arrivés à la première croix, trois hommes masqués les ont fouillé avant de demander à l’homme d’aller retirer 3000 dollars dans les 2 heures sous peine de tuer sa femme. Malgré les avertissements, il aura le courage de prévenir les habitants du village et fera finalement prendre la fuite aux assaillants. Le genre d’histoires que l’on préfère lire après, car sans cela je n’y serais jamais allé.
Je recommande quand même cette promenade car elle vaut vraiment le coup et la vue est splendide.

Montagne Mandango Vilcabamba

Vous l’aurez bien compris, je n’ai pas été très séduit par le village de Vilcabamba qui signifie Village sacré en langage Inca. Sacré pour les touristes et les expatriés c’est une certitude, mais sacré pour la longévité et l’authenticité de ses habitants un peu moins je pense. Si vous désirez expérimenter des cocktails de fruits 5 fois plus chers qu’ailleurs, faire des tours organisés vendus par des gringos arnaquant leurs congénères en voyage ou partir à la recherche du mystique centenaire, alors ce village sera un plaisir pour vous.

Sources:
http://hoaxes.org/archive/permalink/vilcabamba_the_town_of_very_old_people
http://en.wikipedia.org/wiki/Vilcabamba,_Ecuador#Skepticism_of_claims
http://www.smithsonianmag.com/travel/vilcabamba-paradise-going-bad-21774567
http://globalnews.ca/news/288444/high-drama/

 

Publié le par Simon dans la catégorie Equateur Sur le site Allolemonde

A propos de Simon

Un peu geek sur les bords mais pas trop et rêveur invétéré. Après quelques voyages sur presque chaque continent, j'ai eu très envie de découvrir l'Amérique latine.

Répondre à Vilcabamba, bienvenue au paradis des gringos

  1. olivier

    Je ne connaissais absolument pas ce village. Mais en regardant les photos et en vous lisant, je comprends pourquoi beaucoup de touristes s’y arrêtent 🙂

Ajouter un commentaire